Mise en place du dispositif
Text 2016

La chute du mur, le dernier ready-made, une transcription libre du film de Lauren Ball sur « Quand les attitudes deviennent forme » et de l’interview de Lawrence Wiener et Michael Heizer par Marlène Belilos, une orchidée blanche et une plaque de marbre sur laquelle sont gravés les conseils du jardinier, une « Negative Sculpture » et une poutre en bois, une toile blanche qui devrait être noire, un mug à tête d’aigle et un pot de graisse de canard, une pile de livres, un mur lépreux, une œuvre durable, mon exemplaire de Rose Poussière, une grappe de raisin, du scotch marron, une échelle métallique, le Souffle de Nicolas Bourriaud, un portrait de l’artiste en Peter Roehr, des visiteurs regardant Le Radeau de La Méduse au musée du Louvre, un rideau de douche, un tableau retourné, quelques pas dans l’atelier pieds nus le jour de la mort d’André Courrèges neuf fois, un garçon aveugle qui court avec un grand chien en laisse trois fois.

Des protocoles autoritaires, un éclairage directionnel, une mise à nu de procédé.

Le soir du vernissage, un homme assis dans un angle de la galerie lit le numéro de Artforum intitulé « Art and its market ».

Rôles définis, lisibilité constante de la distribution, apparitions organisées.

Vérification incessante de ce qui sépare, détermine, regroupe et agence (dimensions, mesures, ajustements, cotes, repères, distances), l’écart ainsi marqué.

Zone de vitalité, radicalité constante, exigence poussée jusqu’à négliger l’essentiel.

Oublis tactiques, assemblages combinatoires, machine de Swift.

Montage discrépant à la Isidore Isou, disjonctions opérantes.

Tout fait décor et référence ? Oui.
Ça ne s’arrête jamais ? Non.

Sous un voile d’apparence.
Une dispersion qui a trouvé sa forme.

Et maintenant ?

Un relevé d’empreintes.

She says: I’m here, look, I’m in front of you.
He says: I don’t see anything.
She says: Try seeing.
Il essuie ses lunettes en soufflant sur les verres.
Description de sa sphère sociale d’activité ?
Demain.

Bonheur de se trouver en compagnie d’êtres humains, écrit Kafka dans son
Journal,

je vais m’augmenter de ta présence.

Les doigts accrochés au grillage.

Et vous, qu’est-ce qui vous plaît ici ?
Le silence. Je pourrais bien m’y habituer.

C’est tout ?

On peut aussi monter une entreprise de location de pédalos, suivre les clients à la jumelle, assis sur une plage, à l’ombre d’un parasol.

Mais encore ?

Le tableau retourné,
l’étreinte se relâche un instant.

Aussi, la scène qui prend corps ici-même est-elle

Merci de compléter.

Pierre Denan, Février 2016