Pierre Denan Journal
Texte 2018-2019

https://pierredenanjournal.com

Le premier article a été posté le 20 octobre 2018 (site dédié)
Possibilité de s’abonner afin de recevoir chaque article par email
De 2000 à 5000 signes par article

Debout dans la chambre. Homme nu les bras collés au corps, statuaire antique. Lever de soleil hypermoderne, actualité dans le monde. Bain de sang, silence glacial. Tendances présentes de la littérature, une prise d’otage à Pôle emploi. Le simple fait de l’existence, ce que je voulais croire. Nouvellement né, par ce Journal. Mettre à l’épreuve l’apparition d’un sens, le réduire aussitôt, ce que je tente à présent.

Instants chocs, s’imposer des écarts. Imminence d’un danger, afflux incessant de la faim. Toute littérature est assaut contre la frontière (Franz Kafka), ne pas céder à la désolation. L’auteur regarde autour de lui — vêtements, livres, tableau électrique, enchevêtrement de câbles, un téléphone en charge — puis se relance. Onde de vitalité, applaudissements du public. Je suis ce que tu veux, mes doigts sur le clavier. C’est une tempête qui déferla, un point au bout d’une phrase. En ce temps-là, pratique du passé simple. La danse de la momie, arracha ses bandages. Intentions, mobiles, logique interne, nature des actes, ce n’est pas la question. Ce que je dois accomplir, un peu plus tard dans la journée. Je me surprends à courir, tout ce merdier m’excite. Je suis comme ces adolescents que l’on voit sur l’affiche du film Gomorra, en slip et baskets et en appui sur la jambe gauche, Kalach à la main, tirer face à la mer. Se sentir vivant pour rien, vivant soi-même, vider quelques chargeurs. Se pisser dessus sous la douche, le long de la jambe. Pour la chaleur. Est-ce que cela arrive ? Non, cela n’arrive pas.



Journal daté du 20 janvier 2019

ICI SE RECONNAÎT LE SAUT

Ciel gris bâché brumeux, les dernières pluies. Plaque rouge au-dessus de ma lèvre supérieure et dos flingué, depuis hier. Infime et intime, l’individu hypermoderne et ses pathologies. Ouverture de l’autobiographie, vie régulée par les horaires et les contraintes. Lecture, corrections et montage du chapitre de Paris-Plage intitulé « L’hostie empoisonnée de l’église Saint-Roch », rite de l’élévation. Bruissement fictionnel, farine et cyanure. « Nous supposons ici que l’acceptation de la réalité est une tâche sans fin », je cite Donald Winnicott. Effets pyrotechniques, repères et habitudes. Exténuantes randonnées, territoires hostiles, constat d’une désorientation, circonstances aggravantes et exceptionnelles. L’émeute, ce mot plutôt qu’un autre. L’immense chantier de vivre, la conscience du troupeau. Diktats du marché, exigences de rentabilité, dispositifs coercitifs. Revue de presse, incendie d’un oléoduc dans le centre du Mexique. Lune de sang, j’ai près de moi une toile que je n’ai pas encore peinte. Que je ne peindrai peut-être pas. Zone singulière d’expérience, la femme à tête fendue se tient debout sur le toit de la maison voisine, que je vois par la fenêtre devant laquelle je suis assis. Elle porte une Parka total look Army, la capuche est relevée sur son crâne ouvert. Elle me regarde. Frêle silhouette, circonscrite et dûment séparée. Présence muette, sourire triste et ardent. Elle disparaît comme elle est apparue, je consens à ce pacte. Figure essentielle du secret, se révèle au plus caché. Plan fixe montrant l’auteur prendre des anti-inflammatoires, boire du thé, feuilleter le numéro de Cahiers d’art consacré à Ellsworth Kelly, envoyer un SMS, photographier une page de notes, nettoyer les verres de ses lunettes, consulter l’agenda, fermer les yeux. Les doigts chargés de lourds lingots, la solitude comme je l’entends : bien précieux, inaliénable champ, terrain d’opérations de guerre. Nous sommes dimanche, il est quinze heures. Bribes d’énoncés, rumeurs confuses, mines anti-personnel, le lit obscur des illusions. Porter des coups, cogner jusqu’à ce que j’entende le silence. Salle blanche immaculée, teintes sombres de l’œuvre accrochée au mur. L’instant vrai, force et mutilation, mise en représentation, dégoût, jouissance, ivresse de soi, disparition, ainsi de suite. Détachement vis à vis du sens, dois-je le rappeler ? Flux de conscience, ruissellement et sur un plan pratique : je dois encore couper dans le texte Erotik Résistance, toute présence du langage. Réaliser ses signes, « l’écrit renvoie à chacun son image ». Bruit et fureur, il faut que je te dise. Questions cruciales vite oubliées, tunnels philosophiques vite traversés, terreur et torture vite tolérées. Propagandistes à l’œuvre, complotistes surexcités, meurtriers de masse, machine judiciaire bousculée, débordée, déréglée. Hermétisme et schizophrénie. Sur cette base et à partir de là, reprendre où tout s’éteint. Corps à nul autre pareil, tu portes ton squelette. Ni solution, ni rédemption. Nos seules voix, tendues par le récit. Privé et incommunicable. Il se peut que l’histoire s’arrête soudainement, à l’issue d’une soirée à excès. Ou sur une autoroute. Tous les genres de déséquilibre, accéder à la poésie. Larguer des bombes sur les idées, sur les discours et au Napalm. Perturbation du code, débit verbal de plus en plus serré et elliptique. Mise en circulation de l’article daté du 20 janvier, traversé de correspondances.